Edmond de Rothschild progresse lentement vers Fort-de-France et Banque Populaire XI a comblé une partie de son retard. Les premiers trimarans sont attendus sur la ligne d’arrivée en Martinique la nuit prochaine.

«Cela fait quelques jours que nous avons vraiment hâte d’arriver.» L’attente de Franck Cammas touche à sa fin. Lui et Charles Caudrelier sont en effet attendus à partir de la nuit prochaine à Fort-de-France (dans la journée en métropole). En grands vainqueurs de la Transat Jacques Vabre dans la catégorie reine des Ultim, celle des maxi-trimarans volants ? C’est le scénario qui se dessine depuis près d’une semaine en raison d’une course parfaitement maîtrisée à la barre d’Edmond de Rothschild. Mais un grain de sable est venu enrayer la belle mécanique : le manque de vent.

«Il n’y a pas beaucoup d’air, 5-6 nœuds, ça ne correspond pas vraiment aux fichiers météo et ça fait longtemps que ça dure… Il faut être patient, nous ne pouvons pas faire grand-chose», confiait Cammas à la vacation du matin. Une situation qui profite à ses poursuivants. Encore pointé à 400 milles du leader dimanche après-midi, Banque Populaire XI, positionné plus près des côtes sud-américaines, n’est plus qu’à 128 milles ce lundi midi. «Nous avons bien fait les choses, une bonne trajectoire dans l’ensemble. Nous ne nous méfions jamais assez des bateaux pouvant nous rattraper mais ça peut arriver. Mais le bateau n’avance plus du tout donc nous ne pouvons pas faire grande chose…», poursuivait Cammas dont le matelas demeure assez conséquent compte tenu de la distance restant à parcourir (500 milles). François Gabart et Tom Laperche (SVR Lazartigue) suivent à la 3e place, à 200 milles.

Il n’est, quoiqu’il arrive, pas prévu qu’un Ultim franchisse la ligne d’arrivée le premier. À la faveur d’un parcours plus court (5800 milles contre 7500) pour les Ocean Fifty, ces trimarans deux fois plus petits que les Ultim (15,24 mètres), Sébastien Rogues et Matthieu Souben sont les mieux placés pour lever les bras avant tout le monde dans la soirée. Primonial a retrouvé de la vitesse (24 nœuds) et n’est plus qu’à 260 milles de la Martinique, 75 devant son premier poursuivant Koesio (Erwan Le Roux-Xavier Macaire). En Imoca, Thomas Ruyant et Morgan Lagravière (LinkedOut) possèdent une belle avance (95 milles) sur Charlie Dalin et Paul Meilhat (Apivia) qui ont Jérémie Beyou et Christopher Pratt (Charal) dans leur rétro (+108 milles). En Class40, c’est toujours aussi serré entre Antoine Carpentier et Pablo Santurde Del Arco (Redman) et Jonas Gerckens, Benoit Hantzperg (Volvo), séparés par seize milles seulement.